4e de couv’

❝ Nous avons construit des ports et des aéroports pour nous connecter au monde. Nous avons créé un centre commercial et financier incontournable situé entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Nous avons tant accompli en si peu de temps. Mais il manque encore quelque chose à cette agglomération urbaine pour être vraiment une ville.

Ougarit Jérusalem, urbanologue de renom, est appelé à Dubaï pour insuffler une âme urbaine à cette cité du désert perçue comme une juxtaposition de tours ultramodernes et d’autoroutes tentaculaires.

Originaire d’Alep, ville plusieurs fois millénaire aujourd’hui ravagée par la guerre, il est convaincu de trouver en Dubaï une ville facile à lire et dans ce projet un moyen de découvrir un aleph. Cet objet mythique, décrit par Borges et qui permettrait de voir simultanément tous les points d’une ville, taraude Ougarit depuis qu’il a fui la Syrie pour échapper à son enrôlement dans l’armée.

À Dubaï, il croise un vieil ami, ancien libraire, capitaine au long cours, coincé avec son navire chargé de tours Eiffel miniatures contrefaites, une étrange galeriste iranienne avec qui il noue une amitié amoureuse, un investisseur immobilier russe reconverti en collectionneur d’art, un jeune Émirati qui ne lit pas de romans, un vieil Émirati qui pourrait en être un…

Sur fond de quête mystique de l’aleph, Ougarit devient l’enjeu d’une lutte de pouvoir entre deux visions opposées de la ville… donc du monde. Se noue alors une intrigue impliquant les pouvoirs politiques locaux, les mafias indienne et chinoise et l’ensemble des personnages croisés au cours de ce livre, tour à tour roman d’aventures, roman politique, roman urbain.